Livre sur le patrimoine rural de la commune de Tarnac

« Le patrimoine rural de la commune de Tarnac »

Livre réalisé par  Michèle Torchin et Gabrielle Coutaud.

La préface est écrite par Mme Catherine Deschamps, architecte conseil au CAUE de la Corrèze ( Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement).

Ce livre présente le patrimoine architectural , reflet de l’habitat et de l’organisation de la vie paysanne jusqu’aux années 1960..

Paru aux Editions de l’Esperluette , en vente au prix de 16 euros

hommage aux soldats tarnacois de la Grande Guerre

Plus de 150 personnes ont visité l’exposition en mémoire des soldats tarnacois de la Grande Guerre, organisée par l’ARHA du 23 au 28 octobre. Beaucoup d’émotion à la lecture de ces lettres et cartes des soldats à leurs proches, de curiosité à découvrir les objets exposés, témoins de ce passé cruel , de relire des  articles des journaux de cette époque..

De l’avis général une parfaite réussite pour contribuer au souvenir de mémoire. C’était également le sens du dépôt de livres pour adultes, enfants, adolescents organisé par l’association grâce à la librairie « vivre d’art » de Meymac.

Le bureau de l’ARHA réserve le bénéfice de cette vente à l’école de Tarnac.

La soirée théâtre « Paroles de Poilus » du vendredi 30 octobre apporta elle aussi beaucoup d’émotion aux participants. Plus de 60 personnes eurent à coeur d’être présentes pour la soirée de clôture de cette semaine de souvenirs et d’hommage aux poilus tarnacois de 14-18 et apprécièrent le talent des artistes de la troupe de la Chélidoine faisant revivre cette période de notre histoire.

commémoration fin guerre 14/18

Expo Guerre de 14/18

L’exposition sur la guerre de 1914/1918 , telle que vécue par les Tarnacois , sera présentée à la salle des fêtes du 24 octobre au 1er novembre 2009.

Vous avez été nombreux à nous prêter des témoignages familiaux: photos, lettres de soldats amoureux à leurs épouses, de pères inquiets d’être partis à la guerre et privés de voir grandir leurs enfants , de chefs de familles mobilisés , soucieux que la maisonnée s’en sorte pendant leur absence…

Des  cartes de soldats courageux au début du conflit mais de plus en plus désespérés par sa longueur , des mots griffonnés à la hâte, dans les tranchées, par ceux dont l’espoir de s’en sortir vivant restera vain.

Nous allons maintenant les mettre en forme afin que vous puissiez en prendre connaissance aux prochaines vacances de Toussaint .

Nous pourrons encore , jusqu’à fin avril , recueillir les documents de ceux qui n’ont pas eu le temps de fouiller dans leur grenier.

Nous remercions d’ores et déjà ceux qui ont contribué à réveiller ces vieux souvenirs, bien souvent douloureux, et sans qui nous n’aurions pu faire avancer notre projet.

Jeannette, Michèle, Gaby et Brigitte    (15/01/09)

En passant par Chabannes

Un peu d’histoire de Tarnac, en passant par Chabannes !

C’est en 1147 que l’abbé Etienne obtient l’affiliation d’Obazine Coyroux à l’ordre monastique de Citeaux : l’ordre des Cisterciens.
Le réseau des GRANGES qu’Obazine va créer sous l’impulsion des abbés succesifs et du 3ème Robert , en particulier, est le reflet d’une activité très importante en vue de constituer durablement un vaste patrimoine essentiellement foncier , de terres agricoles déjà défrichées et exploitées.
Il s’agit de subvenir , en effet , aux besoins et charges de la double communauté : Obazine-Coyroux.

Ainsi , c’est à la faveur de nombreuses cessions et donations, entre 1166 et 1193 que va se constituer la Grange de Chabannes , commune de Tarnac , Haute Corrèze, à 90 Km d’Obazine , la plus éloignée de l’abbaye, au nord ,sur la montagne limousine.

En 1166 Amelius de NEGREMONT , Gaucelmus et Pierre ses frères, Pierre GOBIANI , leur neveu cèdent au monastère d’Obazine et à l’abbé Robert la terre de Chabannes et toutes ses appartenances pour la somme de 78 sous et une redevance annuelle de 7 sous de Limoges.

Sources : d’après
B.BARRIERE « l’abbaye cistercienne d’Obazine en Bas Limousin ; les origines, le patrimoine (1977 Tulle) »
B.BARRIERE « le cartulaire de l’Abbaye cistercienne d’Obazine (XII-XIIIe siècle)- Institut d’études du Massif Central 1989 – fascicule XXXIII.»

Le Patrimoine – Origine des noms

Que signifie le nom de tel hameau ou village ? 

chacun d’entre nous s’est un jour posé cette question….


TARNAC  TARNACENSEM en 871 , TARNACO vers 1315 = le domaine gallo romain de TARINUS,
                  TERNAT en 1789

BERBEYROLE (la) de verveix signifiant brebis , la terminaison « ole »indique un diminutif = petite brebis
BESSETTE (la) du latin populaire bettia = bouleau
BOSDEVEZY (le)  du bas latin boscus : bosc est le nom usuel ; c’est aussi le bois du defens
bois du defens = les seigneurs se réservaient des bois dans lesquels il était interdit, défendu de laisser paître les troupeaux «  bois mis en defens »
*même  origine que deveix , par exemple le puy du deveix (devenu par extension  le puy du devoir)
BROUSSAS  brossa en occitan = végétation sauvage des terres incultes.
CHABANNES ancien occitan « cabana » petite habitation grossièrement construite : Chabanas vers 1166 forme limousine.
CHATAIN chastanh  nom nord occitan du châtaignier
CHAMPEAUX  du latin campus champ cultivé.
CHEZ TROUSSAS de l’occitan trossa, ce qui est empaqueté, lié de cordes, de sangles par exemple « trossa de palha=botte de paille »
CLUPEAU de clupel = celui qui boîte (même origine que le patronyme Cloup
COUFFY  du latin confinium=limite de territoire ; la formation de ce toponyme remonte à la fin de l’époque carolingienne.
FAUX la Montagne : de fagus = hêtre , en occitan fau
FRAYSSE (le) du latin fraxinus = frêne
FREYSSINET (le) même origine
GANE (la) en latin vadum= gué ; c’est un endroit où le ruisseau s’élargit, où l’on traverse à gué.
GENEYTOUSE : terre à genêts
GOUTAILLOUX (le) petit ruisseau
JAVAUD  variante de javelle, fourche dont on se sert pour mettre le blé en javelles.
                                           villa de Javalc en 1093
Lacelle: de Cella petite chambre
LAFAGE du latin fagus=hêtre
LA  CHAPELLE du latin cappella = petite cape .
LAGORCE de gorsa = haie vive en Limousin
LACOMBE de l’occitan comba = vallée étroite.
LAVAUD de « val » ancien occitan et « van » dans sa forme limousine=vallée.
LARFEUIL du latin acrifolium = houx.
LAGARDE ancien occitan « garda » = tour de guet ou par extension site fortifié ou simplement hauteur permettant de surveiller.
LEPINE : occitan espina dérivé corrézien lespinas
LONGEYROU(X) de l’adjectif latin mongarius qui s’étire en longueur
MAISONS (les)  de l’occitan « maijou » ; ce nom désignait une importante maison (à Tarnac, las Meyjous  en 1406 habitation noble du XV e siècle)
MARCILLAC domaine de Marcillus.
MAS à LOUBAUD : mas est hérité du latin médiéval « mansura » ; il signifie alors simple famille patriarcale, tribu ou communauté agraire, c’est la véritable cellule de base ; Lou baud = ancien occitan « loba » = loup
MONT (le) MONTEIL (le) de monte , forme limousine de montagne, élévation de terrain ; le Monteil est un diminutif.
MERCIEL souvent orthographié MARTIELS (17e siècle) qui devient aussi en nom de famille MARTIAL (peut être en référence à St Martial = martialis puis marsal en occitan, l’un des 7 missionnaires envoyés par le pape Fabien en Gaule au 3e s = 1er évêque de Limoges)
MILLEVACHES  vocable gaulois « melo » et latin « vacua » = lieu élevé. montagne abandonnée
                                                           MIAUVATSAS au 17eme siècle
MURAT : de Murato 1433
ORLIAC  domaine gallo romain habité par Aurélius.
                                                                                            villa Ruillac an 1000.
PEROLS : ensemble de petits poiriers, Perolz en 1138
PEYRELEVADE : ancien occitan peira levada
PLANCHETTE (la) planche au dessus d’un ruisseau, passerelle en bois ;ces ponts rudimentaires desservaient souvent des moulins à eaux.
PARNEIX (le) patriniacum = nom de domaine gallo romain.
REMPNAT : Ramnaco en 832 nom d’homme germanique Ramnus; en occitan Ramnac , prononcé Renna
SENIGOUR de gorc = trou d’eau , endroit profond d’une rivière ( et peut être « senex » = ancien,vieux.
SERVIERES du latin cervus = le cerf  et silva  = forêt .
THEILLET en occitan telh =tilleul .
TREICH (le) de trajectus = traversée : c’est un point de franchissement d’une rivière.
TREMOUILLAT  de tremulus = tremble espèce particulière du peuplier.
TOY VIAM  ALTOIRE  de 1073 à 1084 , puis AUTOIRE en 1154, puis  LE THOYR en 1589 : enceinte fortifiée aux murs élevés , le toponyme a été très altéré depuis le 16 e siècle.
VALIERE (la)  vallée d’un petit ruisseau
D’après les livres:
de Marcel Villoutreix « Noms de lieux en Limousin » Editions Bonneton , « Noms de lieux de la Corrèze (1992) »
                           et   le supplément  n°6 Assoc .Antiquités Historiques du Limousin 2002
Dictionnaire des noms de familles et de lieux du midi de la France :
Jacques Astor  Ed. Beffroi 2002

Le site de Murat

Le site de Murat

Le Puy Murat se situe sur la commune de Tarnac, prés du village du Mont, à la limite des départements de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne.
Sur ce sommet qui domine la vallée de la Vienne, se dressent les ruines du donjon de Murat.
De moins en moins visibles, en raison de la végétation, elles comportent, selon une enceinte circulaire de 80 m de diamètre, les traces des substructures du mur d’enceinte et des bâtiments divers qui y étaient accolés.
Au centre, se dresse encore à 4 ou 5 m de hauteur, un donjon circulaire de 13 m de diamètre dont les murs mesuraient 1,35 m d’épaisseur.
Cette forteresse construite vers le XIIIème siècle appartenait aux seigneurs de Murat vassaux des vicomtes de Comborn.
Elle fut abandonnée au profit du château de Tarnac construit au début du XVIIème siècle.
Le site  du Puy Murat est inscrit aux monuments historiques depuis le 1er février 1993.